Allamah Askari à la conférence turque (2)

la conférence turque (2)

Dans la partie précédente, nous avons lu que la première conférence islamique internationale s’est tenue en Arabie Saoudite avec les élites wahhabites, et des doutes ont été soulevés lors de cette conférence contre l’école d’Ahl al-Bayt (que la paix soit sur eux), que les savants de cette école répondirent. Après avoir acquis l’expérience de cette conférence, la prochaine conférence en Turquie s’est déroulée d’une manière différente. Nous vous invitons à lire cet article.

Mais à cette conférence, des érudits sunnites du monde entier ont été invités, tous étaient des érudits, mais dans le cas de l’Iran, ils n’ont pas répété l’erreur de l’année précédente et ont invité un seul scientifique et ont nommé son discours comme suit. : « Le statut des sunnites parmi les chiites imamis duodécimains », que les messieurs ici m’ont choisi, ont pris mon article et l’ont envoyé à Türkiye. J’ai demandé aux hommes de m’apporter leurs articles pour que je les lise ; Mais ils n’ont pas apporté, donc les articles n’ont pas été lus. Pourquoi?

  1. Moezuddin :

Ils n’ont pas envoyé les articles lors de notre appel. Semblable à ce séminaire, il s’est également tenu en Espagne. Nous avons demandé les articles, ils ne les ont pas envoyés et ils ont répondu qu’ils seraient présentés plus tard. Actuellement, les articles ont été publiés sous forme de livre et sont accessibles au public.

Allameh Askari :

Mon idée selon laquelle le but était de surprendre le monde chiite iranien est donc correcte. Quoi qu’il en soit, avec l’aide de M. l’Ingénieur Aryaei et la permission du Ministère de l’Orientation, nous avons emporté avec nous huit cartons de livres. Les deux personnes qui doivent débattre avec moi ont déjà lu et lu mon article. Je savais seulement, d’après le titre, que la discussion portait sur la Sunna du Prophète (PSLF).

Après mon arrivée en Turquie, j’ai eu une réunion avec le Dr Mustafa Oz, vice-président du « Dotation pour les études islamiques », Centre de recherche islamique, qui était un expert des questions iraniennes et l’une de mes personnes interviewées, et professeur à la faculté de l’Université de Marmara de Théologie. [1] Lors de la première soirée, qui était la soirée de présentation des invités d’honneur, M. Ahmed Al-Katab était également l’un des invités d’honneur de cette réunion ! Se prétendant chiite, il a été très actif dans la promotion de ses pensées en niant l’existence de Hazrat Mahdi (AS) !![2]

Le lendemain matin, au début de la conférence, j’ai été placé au premier rang en tant que membre de l’honorable délégation (environ huit personnes).[3] Le premier jour, M. Uşak, le responsable du Waqf des études, a ouvert la conférence par un bref discours, puis ils m’ont appelé. Je pensais que mon article avait été transféré. J’ai dit : je n’ai pas apporté l’article, mais malgré cela, je me suis assis derrière le podium et en même temps que j’aurais dû faire un discours court et cérémonial à l’ouverture, j’ai commencé une discussion détaillée sur le Coran. Je n’étais pas prêt à ce discours. Il semble que c’était la volonté de Dieu que cela se passe ainsi ; Parce que les wahhabites ont publié là-bas et partout dans le monde que : « Les chiites ont un autre Coran autre que ce Coran et ils pratiquent la Taqiyah à propos de ce Coran ! »

Au début de la discussion, j’ai remercié les fondateurs du parlement, puis j’ai commencé mon discours par l’histoire du Coran et j’ai dit : Ce Coran que nous avons maintenant a été écrit de la même manière à l’époque du Prophète (PSLF) et à l’époque du Prophète (PSLF), un certain nombre de compagnons avaient également un Coran complet accompagné de commentaires, parce que Dieu a dit à Son Prophète : « Et Nous vous avons fait descendre le Souvenir afin que vous puissiez faire comprendre aux gens ce qui leur a été descendu. » J’ai dit que l’interprétation du Coran par révélation divine, du nombre de rak’ats de prière à la qualité du jeûne, etc., tout venait sous la forme de révélations non coraniques, et le Prophète (PSLF) avec les versets du Coran, les a transmis aux compagnons et les compagnons les ont également écrits, et ces écrits sont le Mushaf des compagnons, c’est-à-dire que le Coran était accompagné de commentaires. Ainsi, la signification de la différence entre les livres n’était pas la différence dans l’essence du Coran, mais la différence dans les interprétations. Dans un Mushaf, il y avait une interprétation d’un verset, et dans un autre, il n’y avait aucune interprétation de ce verset. La différence résidait dans l’existence et la non-existence (avec cet argument, le problème de la différence entre les livres des Sahaba était résolu).

Puis j’ai déclaré : À l’époque des califes, la politique du gouvernement était de séparer le Coran de l’hadith du Prophète (PSLF). Alors ils ont commencé à écrire le Coran sans commentaire. Ce travail a commencé à l’époque du premier calife et s’est terminé à l’époque du deuxième calife. Ils confièrent ce Coran à Umm al-Mu’minin Hafsa. À l’époque du troisième calife, des divergences surgirent entre les gouverneurs de la tribu omeyyade et les compagnons du Prophète, car les compagnons lisaient des interprétations de leurs livres qui n’étaient pas appréciées par la tribu omeyyade, par exemple : Abdullah bin Masoud, qui était un professeur du Coran du peuple de Kufa, depuis l’époque du deuxième calife. Après le conflit avec Walid, le gouverneur de Kufa a lu de son Mushaf au peuple de Kufa : « Si un pécheur vous apporte des nouvelles, enquêtez, de peur de nuire à un peuple par ignorance. » (Al-Hujurat : 6) [Et il a dit] que cela a été révélé à propos de Walid !! À Médine, lorsque les Compagnons se sont affrontés avec Marwan bin al-Hakam, ils ont lu dans leurs Mushafs : “Et l’arbre est maudit dans le Coran. Et Nous les effrayons, mais cela ne fait que les accroître en grande transgression” (Al-Isra’ : 60), Il a été révélé à propos de Bani Al-Aas, c’est-à-dire : les Marwaniens ; Cela a également été le cas dans d’autres villes. Par conséquent, la différence dans la signification des Mushafs des Sahaba à l’époque d’Uthman était la différence et le manque d’interprétation des versets dans les Mushaf de chaque Sahaba, et la raison de cette erreur selon laquelle ils pensaient que les Sahaba avaient des significations différentes. Le Coran est que la signification des termes coraniques de l’ère des Sahaba a changé à notre époque.

Mushaf à l’époque des Compagnons jusqu’au début du deuxième siècle de l’Hégire signifiait un texte entre deux volumes, qu’il s’agisse du Coran commenté, comme le Mushaf des Compagnons, ou d’un texte d’hadith, comme le Mushaf de Khalid bin Ma’dan, décédé l’année cent trois, quatre ou huit de l’Hégire et comme le Mushaf de Fatimah, la fille du Prophète (pslf), où l’Imam Sadiq (AS) dit : “Dans ce Mushaf, il n’y a pas une seule lettre du Coran, mais ce sont des nouvelles de l’invisible.”

Depuis aujourd’hui, la signification du Mushaf est égale à celle du Coran aux yeux des gens, ils ont pensé que la différence entre le Mushaf des Compagnons était la différence dans le texte du Coran et le Mushaf de Fatimah, la fille du Prophète (PSLF), qui est originaire d’Ahl al-Bayt dans les hadiths, est un autre Coran.

Avec cette déclaration, trois choses sont devenues claires pour les participants :

La première est que Mushaf en arabe signifie écrire entre deux volumes et il a été utilisé dans le même sens jusqu’au début du deuxième siècle de l’Hégire.

Deuxièmement, le problème des 13 siècles de l’école des califes en matière de différences entre les livres est résolu.

Troisièmement, Fatimah (SA) n’était pas la fille du Prophète (pslf) du Coran.

Après cela, j’ai dit :

Le troisième calife Uthman, voyant la différence susmentionnée entre les Compagnons et les Omeyyades, prit le Coran inexpliqué à Umm al-Mu’minin et ordonna d’y écrire sept exemplaires. Lorsque ces copies du Coran furent apportées au troisième calife pour interprétation, le calife vit une erreur dans l’écriture du Coran, alors il dit : “Il y a une mélodie que les Arabes réciteront avec leur langue.” Il y a une erreur dans cet écrit, mais parce que les Arabes connaissent le Coran dans leur dialecte natal, ils lisent correctement le Coran à partir de ces mauvais écrits. Même aujourd’hui, les musulmans écrivent tous les Corans avec la même mauvaise écriture et dans tous les pays islamiques : Égypte, Yémen, Arabie saoudite, Iran, Irak et Turquie ; Et les pays non islamiques en Europe et hors Europe n’ont jamais eu d’autre Coran imprimé ou écrit que celui-ci, et aucun Coran n’a été déformé et ne le sera jamais. C’est ce que Dieu a promis “En effet, c’est Nous qui avons fait descendre le Souvenir, et en effet, Nous en serons le gardien” (Sourate al-Hijr, verset 9) a été réalisé.

Avec cette déclaration, deux autres choses ont été clarifiées pour les participants :

Premièrement : le problème des treize siècles de conflit après l’ère des Sahaba dans la compréhension des paroles du troisième calife, qui a dit : « Il y a une mélodie que les Arabes chanteront » a été résolu.

Deuxièmement : le fait qu’aucun autre Coran n’a jamais existé, nulle part, avec qui que ce soit, qu’il soit chiite ou non, et qu’il ne sera jamais déformé. Dieu est le gardien du Coran.

À notre avis, la première raison de la création de différentes récitations du Coran après l’âge des Compagnons était qu’après l’âge des Compagnons, ils pensaient les paroles du troisième Calife : “Il y a une mélodie que les Arabes vont mettre” Cela signifie qu’il y a un mauvais ton dans le texte du Coran, et que l’Arabe corrige les mots incorrects du Coran avec son accent et les prononce correctement. En plus de cela, il y a des récits dans les livres corrects de l’école des califes selon lesquels le Coran peut être lu de sept manières ; De cette façon, au lieu de « Allons-y », vous pouvez lire « Helmova Nada (Allons-y) » ou réciter « Accepter » ou « Dépêche-toi! » ou « Ajluwa (Dépêche-toi) » ou « Prendre l’initiative » !

À notre avis, pour ces deux raisons, sept lectures ont été établies d’abord, puis quatorze lectures, puis vingt et une et plus. Et nous avons prouvé dans le deuxième volume : « Le Saint Coran et les récits d’Al-Mudrasteen » que ces traditions ne sont pas vraies et qu’elles ont faussement attribué leur adultère aux Compagnons. En conséquence, de fausses lectures ont été créées pour ces deux raisons. Selon cet article, la signification des hadiths de Hazrat Baqir, Sadiq et Kazem (AS) est également clarifiée, qui disent :

  1. On leur a confié le Livre de Dieu, mais ils l’ont déformé.[4]
  2. Le Coran est un, il a été révélé par une seule personne, mais la différence vient des narrateurs.[5]
  3. Lisez comme les gens lisent.[6]
  4. Ils sont devenus les dépositaires du livre de Dieu et l’ont déformé. Autrement dit, ils ont déformé le Coran avec ces fausses lectures.
  5. Le Coran est le même Coran et il vient du Dieu Unique, et les différences existantes sont dues aux narrations des narrateurs.
  6. Lisez le Coran comme le peuple – la population musulmane – le lit. Par conséquent, la signification de l’hadith de l’Imam Baqir (a.s.) est que le Coran est le même Coran qui est entre les mains de tous les musulmans et qu’il vient du Dieu Unique, et cette différence dans les lectures a découlent des narrations, et les narrateurs du Coran ont déformé le Coran avec ces lectures fabriquées.

Et après cela, j’ai dit : Dans l’école des califes “Zanadaqah”, ils ont forgé de fausses narrations, dont j’ai examiné une partie dans le livre de “Abdullah Ibn Saba” et “Khamsun wa Ma’at Sahabi Makhtalaq” et dans l’école de Ahl al-Bayt “Gholat” ils ont forgé des hadiths que les imams d’Ahl al-Bayt nous ont présentés.

Le récit des récitations faites par Zanadaqah à propos du Coran dans les livres de hadiths de l’école des califes est resté jusqu’à ce jour et n’est pas entré dans le Coran, et le récit des récitations faites par Gholat à l’école d’Ahl al-Bayt n’est pas non plus entré dans le Coran. En outre, certains termes coraniques ont changé de sens à notre époque, c’est pourquoi les récits qui se trouvent dans les livres de hadiths de Fariqin et ces termes y sont mentionnés, il est suspect pour les gens de cet âge que ces termes sont utilisés dans le premier volume d’ ‘’ Al-Coran al-Karim et les récits d’al-Madrastin”, j’ai déclaré que n’importe lequel des messieurs serait présenté ; Et j’ai également mentionné certains récits dans lesquels ces termes étaient mentionnés.

J’ai prononcé ce discours sur la base des informations que j’avais tirées des livres des wahhabites qu’ils avaient publiés contre le chiisme dans le monde ; Et je ne savais pas combien de ces livres avaient été publiés parmi les musulmans de Turquie, à la fin du discours, j’ai été confronté aux fortes émotions du public et aux applaudissements continus, et pendant que nous allions dans la salle pour acheter des bonbons et du thé, ils m’ont entouré et m’ont posé de nombreuses questions, dont l’un d’eux a dit : Ma thèse de maîtrise de la Faculté Elihat, “Déformation du Coran par les chiites”, a été attribuée. J’apporterai mes écrits pour que vous puissiez les voir. Aujourd’hui, après mes études supérieures, ma thèse de doctorat va s’étendre sur le même sujet ! Et vous avez rendu mon travail inefficace avec vos paroles aujourd’hui ! Vous devriez m’envoyer des livres et me donner vos livres à ce sujet pour que je puisse en discuter !!

Et aussi, à partir des autres conversations qui ont eu lieu, nous avons découvert que les wahhabites ont publié de nombreux livres parmi les musulmans de Turquie et qu’ils se sont référés aux narrations de Kafi et d’autres livres de nos hadiths que les chiites considèrent comme ce Coran, qui est parmi tous Musulmans, pour être déformé et dit : Les trois califes l’ont déformé, ils donnent un Coran appelé Mushaf Fatimah. Alors ils le cachent et montrent ce Coran aux musulmans par la Taqiyah. Après cela, ils m’ont demandé mes livres, nous avions emporté huit cartons de livres avec nous, mais je leur ai dit de garder les livres et de ne pas les donner, cela pourrait ne pas avoir un bon effet. Après ces réunions, nous avons donné les livres à certaines personnes, et le lendemain nous avons constaté un bon effet, des scientifiques turcs et des représentants universitaires ont suivi tous les cours de livres et nous avons également offert des cadeaux à certains universitaires invités.

À partir des conférences suivantes, il est devenu clair qu’il existe une forte différence entre les érudits musulmans turcs concernant Sahih Bukhari et Sahih Muslim quant à savoir si leurs récits doivent être acceptés comme révélation coranique ou non, et s’ils présentent des récits authentiques sur le Coran est une insulte à cette partie de la révélation contenue dans la Sunna.

Comment prononcer un discours et son sujet

  • Sujet du discours :

Car après le soulèvement de la République islamique d’Iran, les wahhabites luttent contre le chiisme avec deux tactiques afin d’inquiéter plus que tout l’esprit des musulmans :

  • Le fait que les chiites croient à la distorsion du Coran, et les arguments de Haji Nouri (RA) dans le « Chapitre du discours sur la distorsion du livre de Rabb Al-Arbab » sont stéréotypés dans toutes sortes de publications, et surtout après avoir soutenu que le livre est suffisant pour les chiites. Comme le Sahih de Bukhari, c’est Sahih selon eux. Plus de soixante-dix cas du livre de Sharif Kafi sur lesquels Haji Nouri a argumenté sont stéréotypés, comme ils l’ont fait récemment dans un journal soudanais ? !
  • Ils prétendent que la Sunna du Prophète (PSLF) ne peut être obtenue qu’auprès des Compagnons qui ont compris le discours du Prophète et qu’il n’y a pas d’autre moyen, et pour cette raison ils s’appellent Ahl al-Sunnah et puisque les Chiites prennent les règles de l’Islam de la part de leurs imams parce qu’ils les considèrent comme innocents. Par conséquent, ils ne suivent pas la Sunna du Prophète.

Par conséquent, dans le discours, il a été tenté de les désarmer dans le premier cas et de prouver dans le second cas que les imams (a.s.) citent les règles de l’Islam du Prophète (PSLF).

B-  Comment prononcer un discours

L’heure du discours de ce côté avait été fixée avant midi parce que les participants seraient fatigués vers midi et que la situation n’était pas bonne ; J’ai dit qu’en raison de ma maladie cardiaque, si je restais assis dans la salle d’attente d’ici là, je serais fatigué et je ne pourrai pas prononcer mon discours. Ils ont accepté et ont pris mon nom au début du temps imparti pas assez de temps pour lire l’article en entier, alors j’ai commencé à lire un résumé de l’article et j’ai dit :

Dans la prochaine partie de l’article, nous parlerons du discours d’Allameh Askari à la conférence turque. Nous vous invitons à lire la suite de cet article.

 

 

 

[1] La personne mentionnée connaît bien les études iraniennes, connaît la langue persane et les œuvres de poètes iraniens célèbres et a fait des recherches sur le chiisme de la révolution islamique d’Iran.

[2] Il connaît bien les études iraniennes, connaît la langue persane et les œuvres de célèbres poètes iraniens, et a mené des recherches sur le chiisme et la révolution islamique en Iran.

[3] Et à côté de moi se trouvait M. Cheikh Muhammad Ali Sabouni, originaire de Syrie et ayant vécu en Arabie Saoudite pendant quarante ans. Il était le seul à pouvoir se rendre derrière le podium quand il le voulait, commenter n’importe quel discours et prier après le déjeuner et. Au dîner, il disait ce qu’il voulait en plaisantant, et le public appréciait ses déclarations et riait, sauf lors du déjeuner du premier jour, lorsque l’ambassadeur saoudien priait.

[4] Wasa’il Al-Shia 109/18 Hadith 33442.

[5] Usul Kafi 630/2.

[6] Usul Kafi 623/2.

notez cet article
5/5

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *